Nouveau monde ou paradis perdu ?

Qualité de l'interprétation du personnage (RP) Allant de 1 à 5 :
  • 1 : Interprète très mal son personnage, en contradiction avec son alignement, etc...
  • 2 : Interprète assez mal son personnage, (vague omniscience, utilisation d'informations hrp)
  • 3 : Interprète correctement son personnage.
  • 4 : Interprète bien son personnage et le fait évoluer, utilise ses traits, son background, etc...
  • 5 : Interprète très bien son personnage et lui donne une personnalité identifiable qui contribue à en faire un personnage mémorable.
Qualité de jeu en groupe, de 1 à 5 (jeu) :
  • 1 : Ignore ou empêche le groupe de faire évoluer les situations qui sont crées, qu'elles soient utiles au scénario ou non.
  • 2 : Ignorer ou empêche un joueur ou le MJ de faire évoluer les situations qu'il créé.
  • 3 : Joue dans le sens du groupe.
  • 4 : Permet à un autre joueur ou MJ de faire évoluer ou de créer des situations de jeu ensemble.
  • 5 : Permet au groupe de faire évoluer ou de créer des situations de jeu ensemble.
Qualité de forme (qualité) de 1 à 5 :
  • 1 : Fautes de français nombreuses et non respect des conventions d'écriture.
  • 2 : Lecture globalement désagréable ou peu compréhensible.
  • 3 : Qualité correcte.
  • 4 : Bonne qualité d'écriture, inventivité, synthétique ou facilement compréhensible.
  • 5 : Très bonne qualité d'écriture, style propre.
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

En refranchissant la muraille dans l’autre sens, Elindine s’interrogea devant l’absence de garde. Il lui semblait pourtant bien que, quelques heures plus tôt, le passage au fortin avait été fait sous le regard des hommes en livrée blanche. Y avait-il des trous dans les tours de veille ? Bien que ce détail lui fit hausser un sourcil, elle n’en fit néanmoins pas mention à Cymbeline, inutile de l’inquiétait, elles avaient d’autres chats à fouetter pour la matinée et le soleil était déjà haut dans le ciel.

Les ennuis et les retards ne faisaient pourtant que commençaient. Un peu plus loin sur le chemin, la sensation d’être suivi la saisi et elle profita d’un moment pour se retourner et apercevoir une silhouette encapuchonnée… En pleine journée et par un temps, certes humide, mais pas pluvieux. Y avait-il plus cliché ? Pourquoi les suiveurs et autres harceleurs de coin de rue s’imaginaient-ils toujours être plus discrets avec une capuche sur la tête ? C’était grotesque… Mais peut-être que celui-ci tenait particulièrement à dissimuler son visage ? Dans son mouvement, la marchande avait alerté la barde, qui, fidèle à la nature des halfelins, ne tergiversa pas :

- Hey ! Toi ! Reviens !

Et, avant que la rousse n’ait pu faire un geste ou dire un mot, Cymbeline partit en courant à la suite de leur poursuivant. Elindine leva les yeux au ciel. Il était déjà si tard… Mais Nedru pourrait certainement attendre… Et les marins aussi. Après tout, l’un était un antiquaire entouré de livre et les autres des hommes de la mer entourés d’alcool ; des compagnies qui sauraient leur faire passer le temps, à n’en pas douter. Alors elle s’élança derrière sa compagne, la dépassant aisément à grandes enjambées, concentrant toute son attention sur le fait de ne pas perdre la trace de l'inconnu encapuchonné.

- Tu ne m'échapperas pas... souffla-t-elle entre ses lèvres.

[HRP : Elindine lance Marque du chasseur sur l'encapuchonné]

Edition 26/06/2021 14h59 par Elindine
06/06/2021 20h16
Fëanor de Torea
Fëanor de Torea

Cette fois il était seul avec ses pensées. La jeune femme venait de le laisser, lui proposant d'attendre avant qu'il ne sorte à son tour...

Me rendre visite à ma pension ? Nolwë ! Veille sur ma logeuse et son bébé ! pensa-t-il en découvrant qu'il attirait décidément l'attention de beaucoup trop de monde à son goût.

Evitant de trop y penser, il regarda de nouveau l'objet entre ses mains, s'en faisant un dessin mental : Un disque métallique - sûrement un alliage vu le jeu des couleurs - mesurant une dizaine de centimètres de diamètre. Sa circonférence est réhaussée d'un cercle en lignes brisées, légèrement irisées. Sept rayons y sont dessinés. Des symboles sont gravés, parfois le long des rayons, parfois au milieu des sections. Un petit cordon de cuir, très usé, permettait très certainement de le porter autour du cou.

Comment n'y ai-je pas pensé plus tôt !?

Fëanor en était convaincu maintenant, il avait dans les mains le symbole d'un antique panthéon d'Eana, certainement un culte endémique d'Acoatl ! Les symboles n'avaient rien à voir avec les divers alphabets utilisés dans son ordre, pourtant ils lui rappelaient certains éléments cosmologiques communs aux dieux de la région et aux cultes d'avant la guerre de l'Aube.

Instinctivement, il cherchait à identifier où se situait ce culte dans la balance cosmique, sans pouvoir y voir clairement du positif ou du négatif. Certains détruisaient pour le Bien de leur peuple... Difficile donc de juger avec les maigres connaissances à sa disposition !
Un passage à la bibliothèque paraissait encore plus pressant à présent qu'il avait cet objet et toutes les questions qu'il ouvrait.

Soudain motivé par une question purement pratique, il étudia son équipement à la recherche de la cachette idéale pour ce pendentif. Il soupesait l'objet, vérifiant son épaisseur et comparant son diamètre à la taille de sa bourse...
Il décida finalement de la coincer dans les replis de son armure, vérifiant plusieurs fois qu'elle ne pouvait pas en bouger.

Bien ! Où se trouve cette bibliothèque déjà ? se demanda-t-il alors qu'il remontait les escaliers, les oreilles aux aguets et les yeux plissés, prêts pour passer de l'ombre à la lumière...

[Sagesse - Perception]

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [8] : 14

07/06/2021 22h43
Nezami
Nezami

Dans la bibliothèque


Nedru avait bien senti la présence de cette créature. Ses études occultes lui permettaient sans trop de doute de savoir qui (ou quoi) lui parlait. C'était même comme s'ils s'étaient déjà rencontrés.

Oh ! mais quel joli tas que voilà ! Tellement de savoir... et si peu de temps pour un humain... Je peux t'aider oui mais... il faut une contrepartie. Un contrat... oui... un contrat.

Nedru ne voyait toujours pas la créature mais sentait sa présence tout près de lui. Son attention n'était plus du tout aux livres qui l'environnaient. Il ne voyait même plus grand chose, comme si son attention était complètement accaparée par ce qui se passait à l'intérieur de son esprit. Comme s'il se voyait en rêve, il se retrouva en train de lire un document fort long et complexe, voire inquiétant. Etait-ce un contrat pour un pacte ? Un contrat dessinant une chaîne entre cette créature et lui. Cette créature qu'il avait maintenant parfaitement identifiée.

Le sorcier savait qu'il ne pouvait pas accomplir le rituel nécessaire ici et maintenant mais qu'une proposition venait de lui être faite et qu'il fallait donner une réponse. Peut-être même qu'en posant quelques questions précises, ils auraient des réponses sur ses interrogations en Acoatl ou plus largement sur son exercice de l'Art.

_________________________________

En route pour la Bibliothèque


Malgré tous ses efforts, Fëanor se perdit à de multiples reprises. Parfois son esprit revenait à sa conversation avec Irina ce qui ne faisait qu'aggraver sa situation géographique. Quoi qu'il en soit, après un temps difficile à évaluer, il se retrouva à l'entrée d'une place écrasée par l'immensité de la demeure qui en occupait tout un pan. A côté, une petite construction affichait "A la bibliothèque de Laälmath".

Lorsqu'il pénétra à l'intérieur, une forte odeur d'encens et de thé lui monta aux narines. Ce n'était pas désagréable malgré l'épaisseur du nuage. C'était même apaisant après la matinée d'errance et de surprises qu'il avait passé.

Après quelques instants, une grande femme assez âgée, tout en nerf et qui avait dû être une beauté, sortit de derrière un rideau :

- Bonjour jeune inconnu, lança-t-elle avec un petit rictus. Vous êtes vous perdu ou cherchez-vous à vous perdre ? Nous avons ici de quoi vous délasser.

_____________________________________

En rentrant des Faubourgs


D'instinct, Elindine sentit que les mots qu'elle avait prononcés "Tu ne m'échapperas pas", n'étaient ni des paroles en l'air, ni de simples mots. Elle avait, sans doute grâce aux discussions avec son mari et son expérience récente, connu une sorte d'éveil. Les choses n'étaient pas très nettes mais elle sentait que son esprit lui envoyait des intuitions qu'elle n'avait pas jusque-là.

A la suite de l'halfeline, elle partit donc sur les traces du fugitif. L'homme avait d'abord pressé le pas en se sentant poursuivi. il avait ensuite encore acceléré à travers les rues. Mais quand elle le perdait de vue, sa petite voix lui faisait tourner la tête au bon endroit pour l'entre-apercevoir, ou l'aidait à identifier l'embranchement le plus logique par lequel il s'était évanoui. Et immanquablement, il reparaissait.

Les petits jambes de Cymbeline ne lui permettaient pas de suivre. Elle était désormais distancée mais ne quittait pas son ami des yeux.

Lorsque Elindine fit irruption dans une petite cours qui prolongeait une impasse, elle fut surprise pour la première fois. L'homme était dans l'angle mort du portail, une épée courte à la main. Malgré son agilité, Elindine ne parvint pas à éviter le coup puissant qui s'abattit sur son épaule. Par chance, son armure ne fut pas transpercée mais elle sentit la douleur se diffuser en un gros hématome qui l'ankylosa.

Maintenant, il fallait défendre sa vie et Cymbeline était à plusieurs mètres derrière elle. Les sens aux aguets, la rôdeuse réalisa qu'elle n'était pas seule avec sa proie dans cette cour. Deux autres gaillards à l'air patibulaires étaient dans un coin à une bonne dizaine de mètres et venaient de ses relever. A ce stade difficile de dire s'ils étaient des compagnons de son agresseur mais on pouvait envisager le pire.

________________________________________
HRP :
Initiative : Elindine (10) - Cymbeline (9) - Agresseurs (7)
Elindine perd 5 PV

Console R.P.

Lancé de 1d20+5 ~ [12] : 17

Lancé de 1d6+2 ~ [3] : 5

Lancé de 1d20+4 ~ [6] : 10

Lancé de 1d20+4 ~ [5] : 9

Lancé de 1d20+2 ~ [5] : 7

Edition 27/06/2021 12h10 par Nezami
27/06/2021 12h08
Fëanor de Torea
Fëanor de Torea

Fallait-il qu'il soit si perturbé pour se perdre ? Fëanor ne se souvenait pas avoir erré aussi longtemps pour trouver son chemin. D'habitude, il laissait parler son instinct et il trouvait rapidement la donne direction.
Soupirant pour essayer de retrouver un semblant de calme, il vérifia une dernière fois que l'artefact était à sa place et n'en bougerait pas avant de s'engager sur la place. Un énorme bâtiment dominait tout un pan des lieux et le prêtre prit un instant pour admirer l'architecture.
Finalement, il reporta son attention sur La bibliothèque de Laälmath et y entra, jettant un dernier coup d'oeil vers la demeure princière malgré lui...

Mégalo chuchota-t-il.

Le spectacle qui s'offra alors à lui était loin de ce à quoi il s'imaginait. Où étaient les milliers d'ouvrages auquel il s'attendait ? Comment ce salon de thé pouvait abriter le savoir qu'il cherchait ?
C'est ainsi que la propriétaire des lieux le découvrit... Et il en fut gêné un instant.

- Je... euh... bredouilla-t-il le temps de reprendre ses esprits.

Ses yeux passèrent rapidement d'un élément de mobilier à un autre, s'attardant sur les quelques livres disséminés çà et là. Se forçant à sourire, il revint à son interlocutrice pour ne pas paraître impoli.

- Non, pardon... Je cherche la bibliothèque... Vous...

Fëanor se souvint soudain qu'il n'était pas partit seul quelques heures plus tôt et que son coéquipier devait se trouver ici. Une bouffée de panique le prit aussitôt, s'imaginant le pire pour le marchand.

- Est-ce que sieur d'Enumasam est ici ? Nous devions nous retrouver ici !

27/06/2021 17h38
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

Portée par un nouvel instinct surnaturel, Elindine coursait sans effort leur mystérieux encapuchonné. Où qu’il aille elle le suivait, quel que soit le chemin, le détour impromptu ou sa connaissance des ruelles, par rapport à sa propre ignorance, il ne parvenait pas à se défaire d’elle. Si bien qu’elle aurait dû se douter que l’animal acculé répliquerait tôt ou tard. Cette certitude l’aurait sans doute aidé à se prémunir du coup d’épée qui s’abattit sur son épaule au détour d’une ruelle.

Elindine lâcha un cri sous la douleur, reculant tout en portant une main à son épaule et l’autre à l’une de ses dagues. De l’autre côté de la cour, deux inconnus à l’air peu amène s’étaient levés. Un juron disgracieux fila entre ses dents et, tout en dégainant ses deux lames, elle cria pour la barde qui arrivait :

- Il est armé !

Avant même de finir sa phrase, elle était déjà sur l'encapuchonné, dagues en avant, prête à rendre le coup reçu, en double.

[HRP : 2 attaques à la dague sur l'adversaire juste en face]

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [6] : 12

Lancé de 1d20+6 ~ [5] : 11

Edition 27/06/2021 22h42 par Elindine
27/06/2021 22h40
Nezami
Nezami

A la bibliothèque de Laälmath


La femme fit mine réfléchir en dévisageant le prêtre d'un regard perçant. Puis, après quelques secondes :

- Ce nom ne me dit rien. Peut-être ai-je croisé ce monsieur sans qu'il se présente. Et si vous avez rendez-vous, peut-être ne tardera-t-il pas. Souhaitez-vous patienter en prenant quelque chose à boire ? Nous avons d'excellents thés... Et des ouvrages très intéressants sur la région si vous êtes curieux.

Elle se campa alors, immobile, dans l'attente de sa réponse.

_________________________________________

Dans l'arrière cours.


Cymbeline arriva sur les talons de la rôdeuse mais s'arrêta juste avant le portail en entendant la mise en garde de sa compagne. De toute façon, Elindine bloquait la porte et la petite sentait une forte tension. La lame de l'épée qu'elle aperçut finit de la convraincre.

Sans voir la scène, elle se mit à entonner un court chant qui gonfla d'énergie la jeune bourgeoise aux prises avec le fugitif.

Quand les lames fusent sur nous,
Dans ces lieux où trônent les fous
ô coeurs gracieux que nous sommes
triomphons, notre cause est noble !


Pendant ce temps, le fuyard ne lâchait pas un pouce de terrain. Il frappa d'estoc et de tailles pour mettre en pièce Elindine mais celle-ci dans des gestes souples et efficaces, mettait en échec chaque coup.

Pendant ce temps, les autres, au fond, avaient compris la situation et ramassant leurs braquemarts gisant au sol, il s'avancèrent en direction de la jeune femme. D'ici quelques secondes, ils seraient sur elle mais elle avait encore le temps d'agir.

_______________________________
HRP : Cymbeline : Inspiration bardique sur Elindine (+1D6 sur un seul jet d'attaque, de carac ou de sauvegarde)

Console R.P.

Lancé de 1d20+5 ~ [4] : 9

Edition 03/07/2021 21h57 par Nezami
03/07/2021 21h56
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

Ses deux coups manquèrent sa cible, mais son adversaire ne parvint pas à l’atteindre non plus. Un sourire nerveux traversait son visage. Ses yeux suivaient à la fois l’éclat de l’épée dans les mains de l’encapuchonné, mais aussi son jeu de jambe, prête à punir un faux-pas. Les deux molosses au fond de la cours se levaient pour venir vers elles. Trois contre deux ; Elindine hésita. Elle n’aimait pas se sentir ainsi en infériorité numérique, mais c’était elle qui avait mené la chasse jusque-là et elle n’allait pas reculer à la première difficulté.

Le chant de Cymbeline, juste derrière elle, lui avait redonné du courage. Tout en faisant un pas de côté pour laisser plus de marge à son allier. Elle frappa de biais, visant le flanc gauche, puis se fendit d’un coup d’estoc de son autre dague, afin de ne pas laisser l’avantage de l’allonge à son adversaire.

[HRP : deux nouvelles attaques à la dague sur l'encapuchonné + utilisation du dé d'inspiration pour la première frappe]

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [3] : 9

Lancé de 1d20+6 ~ [20] : 26

Lancé de 1d6 ~ [2] : 2

04/07/2021 19h01
Nezami
Nezami

Dans l'arrière cour


La rôdeuse envoya une coup de taille en glissant sur le côté, attirant l'attention de son adversaire qui esquiva. Mais elle profita de cette feinte et descendit son centre de gravité en forçant sur ses cuisses pour, de son autre main, enfoncer son poignard en plein dans l'aine du malotru. Avant même de voir le résultat, elle sentit un liquide poisseux et chaud inonder sa main et su que le coup était mortel. L'homme poussa un râle et s'affala sur le côté, sombra dans une inconscience sans retour.

Sur ces entrefaits, Cymbeline arriva dans l'embrasure de la porte et, sans se poser de question, l'arbalète brandie, épaula et tira. Son carreau alla cueilli l'un des deux lourdauds au sommet du torse. Un bruit sec d'os brisé et le bougle partit en arrière pour retomber sur le sol dans un bruit mat. Il ne bougerait pas de sitôt.

En un instant, la situation avait changé du tout au tout. Le dernière aggresseur arrivant sur les deux filles mais, complètement perturbé, donna un lourd coup de braquemart un peu n'importe où et l'abattit dans un geste stérile sur le sol. Il réalisa alors qu'il était perdu, à la merci de deux prédateurs qu'il n'avait pas envisagé.
_______________________________________
HRP :
- Elindine, attaque réussie (coup critique) - dégâts lourds
- Cymbeline, attaque réussie - dégâts lourd - MORT
- Adversaire 3, attaque échouée.

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [17] : 23

Lancé de 1d8+4 ~ [7] : 11

Lancé de 1d20+1 ~ [2] : 3

Edition 06/07/2021 11h34 par Nezami
06/07/2021 11h34
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

Le premier coup glissa sur lui, mais il n’eut pas autant de chance pour le deuxième. Elindine sentit la peau céder à la pointe de la dague et la lame s’enfoncer dans la chair, presque sans effort, emportée dans le mouvement. D’un coup sec, elle retira son arme du corps, juste à temps pour voir Cymbeline planter l’une des deux brutes d'un carreau bien placé. Désormais seul, leur dernier assaillant était déjà sur elles.

Son coup fut maladroit, lourdaud et, d’un simple pas de côté, la rousse esquiva le lourd gourdin. Sans marquer d’arrêt, son attention se focalisa sur la silhouette massive. Un grondement franchit ses lèvres : "Toi..." et elle se retourna pour frapper le dos massif à deux reprises.

[HRP : déplacement de la marque de l'encapuchonné au dernier adversaire + deux attaques à la dague sur le dernier adversaire]

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [3] : 9

Lancé de 1d20+6 ~ [12] : 18

Edition 07/07/2021 16h28 par Elindine
06/07/2021 23h34
Nedru d'Enumasam
Nedru d'Enumasam

Qu'est-ce que ?..

Il avait beau avoir accumulé bon nombre de connaissances, le sorcier n'était pas certain de savoir ce qui lui murmurait entre les oreilles. La voix était désagréable et ses accents pernicieux ressemblaient à celle de son seigneur, avec cependant des sonorités bien plus caverneuses. Un être issu d'un autre plan et généralement associé au Mal, de toute évidence, mais peut être pas celui auquel il aurait pu s'attendre.

Son état d'esprit était difficile à décrire. En fait, Nedru était surexcité par la venue d'une telle créature. Mais il ne voulait rien en laisser paraître, pour un certain nombre de raisons, la plupart tenant de la nature de son seigneur et des petits jeux auxquels il s'adonnait.

Alors qu'une sorte de contrat rédigé dont la plupart des conditions ou termes lui étaient impossibles à déterminer clairement, Nedru fit de son mieux pour identifier ce à quoi il s'engageait, isolant les définitions insolites pour se concentrer sur la nature du pacte qu'on lui proposait.

- J'accepte, dit il sans savoir quel geste effectuer pour ponctuer son acceptation. Mets toi au travail : enregistre tout ce que tu peux comprendre dans ces carnets.

Il pointa du doigt l'objet sur lequel il avait décidé de se concentrer. Il voulait percer le secret des ruines le plus rapidement possible afin de se préparer au mieux à la suite.

07/07/2021 13h27
Nezami
Nezami

Dans la bibliothèque


Nedru sentit que quelques chose se passait mais ne vit rien. Si, il eut l'impression qu'une sorte d'onde avait courbé le livre désigné l'espace d'un instant.

Trouve un lieu tranquille cette nuit et nous conclurons cette affaire, mortel. Après ce, je te donnerai les réponses que tu attends... mais pas avant...

Aucun son ne fut émit, mais le sorcier eut tout de même l'impression que l'apparition ricanait. Quel désagréable sensation !

Après un instant d'interlocution, il réalisa qu'il était déjà tard et les autres étaient peut être en train de le chercher. Allait-il les snober et continuer ses lecture ou bien tenter de les retrouver ?

____________________________________________

Dans l'arrière cours.


Profitant de son avantage, la jeune bourgeoise réalisa un décalage de toute beauté et projeta sa lame à la base de la nuque de l'homme de main. Le coup sec autant que le tranchant eurent raison des terminaisons nerveuses du malheureux et il s'effondra au sol comme un pantin désarticulé. La place était donc "nette" et la rapidité de l'action n'avait sans doute pas attiré l'attention.

Alors que Cymbeline surveillait l'entrée de la cour, Elindine put étudier les environs... Qui n'avaient à vrai dire que peu d'intérêt. L'endroit était fermé par quatre murs austères et quasi aveugles. Seul, un petit escalier montait vers une espèce de plateforme à la porte vermoulu. Le passage semblait s'enfoncer dans un des bâtiments.

Autour d'elle, les deux corps des deux derniers assaillants étaient raides. Vêtus de pantalons usés et de chemises sales, ils n'avaient pas grand signe particulier sur eux à part leurs sortes de gourdins. Au fond, là où ils se tenaient précédemment, un feu s'éteignait doucement et laissait échapper un léger fumet de cuisson. Quelques petites caisses et objets divers étaient entassés autour.

Enfin, l'homme qu'elles avaient poursuivi tressautait encore sur le sol. Elle avait du mal à dire si la mort renvoyait vers ses muscles quelques spasmes ou si son agonie se poursuivait pour tenter d'arracher quelques instant de souffle supplémentaire. en tout cas, celui-là n'était pas du même acabit. Son manteau léger était encore en bon état et de bonne facture, son épée gisant au sol semblait trempée et sa silhouette donnait l'image d'un athlète de la carrure d'Elindine.

Qu'allait faire notre jeune femme, compte-tenu de tout ce qu'elle voyait autour d'elle ?

08/07/2021 22h09
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

Elle sentit la brute s’affaisser au premier coup qui porta. D’un coup sec, la dague quitta la nuque et Elindine recula de quelque pas, le souffle court. Elle regarda autour d’elle : deux corps ne bougeaient plus, le premier à être tombé tremblait encore. Elle se sentait fébrile, incertaine. Elle avait déjà tué, oui, mais pas comme ça, pas si frontalement. La fureur du combat la ramenait à la veille : le bateau, les marins fous. Tout semblait si loin et si vif, dans sa tête, dans tout son corps. Etrangement, la jeune femme trouvait cela exaltant.

Elle essuya sommairement ses lames sur les vêtements de sa dernière victime et les rengaina. Elle se redressa, massant son épaule endolorie, puis se tourna vers celui qui, peut-être, vivait encore. Elle pencha la tête, s’accroupit pour observer la plaie et grimaça. La blessure était franche, profonde et le sang avait déjà imbibé les vêtements. Si elle voulait tirer de lui plus que ses frusques et son arme, il fallait agir vite. D’une voix blanche, elle appela la musicienne :

- Cymbeline ! Vous pouvez m’aider ? Je pense que ce type a encore des choses à nous dire.

Imitant les gestes qu’elle avait fait la veille pour feu leur Coq, elle prit ce qu’elle avait sous la main pour essayer de maintenir en vie le bougre et lui donner une dernière occasion de parler.

Malheureusement tout indiqué qu'il n'y avait plus grand chose à faire pour le bougre. Elindine pouvait sentir on corps refroidir de seconde en seconde. Elle pesta intérieurement : il y avait peu d’argument à faire jouer contre un mourant et, vu son état, s’il comprenait ses questions c’était déjà beaucoup lui demander. Néanmoins, la voix empressée par l’urgence, une main serrant la chemise du blessé contre sa plaie pour limiter le saignement, elle demanda :

- Qui t’a envoyé ? Pourquoi nous suivais-tu ?

[HRP : jet en médecine, puis jet en persuasion]

Console R.P.

Lancé de 1d20+3 ~ [6] : 9

Lancé de 1d20+2 ~ [16] : 18

Edition 10/07/2021 22h50 par Elindine
09/07/2021 13h38
Fëanor de Torea
Fëanor de Torea

Fëanor commençait à sérieusement s'inquiéter. Est-ce que le marchand était parvenu jusqu'ici ? Avait-il été détroussé et laissé pour mort dans une ruelle sombre ? Si tel était le cas, le prêtre s'en voudrait tellement de l'avoir laissé seul !
Quand à ce salon de thé, il était sûr qu'il manquait quelque chose... ce ne pouvait pas être la fameuse bibliothèque qu'il cherchait.

Le prêtre resta un instant rien dire, ni bouger, le temps de ses réflexions. Puis cherchant des réponses où il pouvait, il reporta son attention sur la dame qui l'avait accueilli. Il n'avait pas grand chose dans sa bourse, mais il devait pouvoir se payer un thé... A l'odeur qui régnait ici, ce ne devait pas être mauvais comme... breuvage ?

- Veuillez m'excuser pour mon impolitesse, j'ai été surpris...
" Voyez-vous, j'avais rendez-vous ici avec un ami qui me précédait. Un jeune homme brun, la trentaine, une barbe naissante, de belles manières... non ?

Fëanor fit une pause, attentif aux réactions de son interlocutrice à sa description. Une idée lui vint à ce moment là...

- Sieur Marlborough nous a conseillé de venir ici voyez-vous ?

Console R.P.

Lancé de 1d20+3 ~ [7] : 10

Edition 14/07/2021 21h36 par Nezami
12/07/2021 14h19
Nezami
Nezami

A la Bibliothèque de Laälmath


La femme transperça le prêtre du regard et, sans ciller ni même resserrer les lèvres, elle répliqua :

- Hum... ça ne me dit rien. Veuillez m'excuser.

Elle tourna les talons et partit jeter quelques feuilles brunes assorties de fleurs dans une théière. Puis, d'un geste sec, elle ouvrit le robinet d'un samovar et remplit le récipient avant de revenir.

- Je suis sûr que ce thé vous fera le plus grand bien. Prenez votre temps, délassez-vous et n'hésitez pas à me demander des conseils de lecture. Je reste à votre disposition.

Elle conduisit le jeune homme jusqu'à un profond fauteuil et déposa la théière et une tasse sur une petite table avant d'attendre silencieusement qu'il s'installe, sans doute dans l'attente d'une éventuelle demande supplémentaire.

____________________________________________

Dans l'arrière cour


A la question de la jeune femme, les pupilles du mourant s'étrécirent comme si quelque chose traversait son esprit et il ouvrit la bouche en un cri :

- Le chien blanc !

Et il tourna de l’œil. C'en était fini.

Tout en réfléchissant à ce qui venait de se passer, Elindine put étudier le corps misérable qui avait commis l'erreur de l'agresser. Une épée courte de belle facture gisait tout près. L'arme qui endolorissait encore son épaule. L'homme n'avait aucune protection mais son corps était athlétique, ses muscles noueux. Il avait eu les mouvements souples et rapides d'un individu ayant l'habitude du combat et de la circulation dans cette ville. Une chance qu'elle l'ait repéré. Elle nota une ceinture solide, une bourse, une manteau à capuche très léger. De prime abord, Elindine avait jugé ça étrange par cette chaleur mais elle comprenait maintenant l'intérêt du tissu. D'ailleurs, beaucoup d'habitants disposaient de ce type de pardessus. Bon, maintenant il était ensanglanté... mais sur fond noir... qui le verrait.

Pendant ce temps, Cymbeline montait toujours la garde. Qu'allait faire Elindine ? Piller la dépouille ? Aller étudier le petit campement ? Ou peut-être aller voir ce qui se cachait derrière la porte de ferraille cabossée qui surmontait le petit escalier ? A moins que la prudence ne la conduise à faire demi-tout ?

14/07/2021 22h03
Elindine d'Enumasam
Elindine d'Enumasam

Après avoir délivré une sibylline et peu satisfaisante réponse, l’inconnu expira. Elindine attendit quelques seconds, passa sa main devant sa bouche, puis posa deux doigts à sa jugulaire : rien, il était bien mort. Sans plus de cérémonie, elle récupéra l’épée, la bourse et le manteau. Ce dernier était taché, mais elle n’en fit pas grand cas. Ce n’était pas comme si elle ignorait tout de l’art de retirer le sang d’un tissu. Tout en rangeant son butin (la lame à sa ceinture, l’argent dans sa bourse et le manteau dans son sac), elle songea que c’était un piètre paiement pour avoir menacé sa vie de la sorte. Bah ! Elle ferait avec le peu qu’on lui proposait. Elle essuya ses mains poisseuses de sang et écarta le corps en frissonnant, pour se relever, grimaçante.

Elle n’avait pris aucun plaisir à trucider deux pauvres hommes, même s’ils l’avaient cherché, et cet acte, ainsi que la prudence, lui disaient de filer aussi vite que possible. Cymbeline montait encore la garde, mais ils n’avaient pas particulièrement été discret et qui sait si leurs assaillants n’avaient pas donné l’alerte. Si c’état le cas, elles ne devaient pas s’éterniser, mais c’était peut-être aussi l’occasion de prendre quelque chose sur le fait. Elindine mordillait l’intérieur de sa joue. Elle aurait voulu continuer, mais la douleur à son épaule l’exhortait à quelques précautions. En même temps, s’ils n’avaient pas eu l’occasion de prévenir les vivants et que d’autres trouvaient les cadavres, le temps de revenir, ce serait trop tard. Ses dents lâchèrent sa joue et elle soupira, autant utiliser la tranquillité momentanée dont elles jouissaient encore pour mémoriser le chemin et retrouver cet endroit plus tard.

- Cymbeline, on y va. Faites attention au chemin, il faudra sans doute revenir.

Avec un dernier regard inquiet, la rousse scanna la zone d’un œil affuté, observant le soleil et le ciel pour évaluer la position de la ruelle, puis elle s’en fut sans un bruit ; pas la peine d’alerter qui que ce soit pour avoir à répondre à des questions pénibles.

15/07/2021 14h56
Nedru d'Enumasam
Nedru d'Enumasam

Secouant mentalement cette étrange interaction en dehors de son esprit, le sorcier se tenait devant la pile de son travail en cours quand son regard glissa sur le côté. Là, il vit à quel point les bougies avaient fondu : il devait être largement temps de manger désormais ! Espérons que les autres avaient trouvé une occupation aussi captivante que la sienne.

Laissant les livres dans leur état, comme un témoignage de sa volonté de revenir travailler dessus plus tard, le brun s'écarta, faisant un petit détour pour observer ce qui se trouvait au bout de l'escalier de descente derrière la mystérieuse grille aperçue plus tôt. Il ne s'y attarderait pas cependant car il ne voulait pas jouer les cambrioleurs chez un hôte si agréable.

Sonnant la cloche pour indiquer à Evariste qu'il prenait temporairement congé -et si possible se faire guider à l'extérieur- Nedru se dirigea vers le salon de thé où il était censé retrouver les autres.

15/07/2021 18h21
Nezami
Nezami

A la Bibliothèque de Laälmath


Fëanor attendait en bouquinant distraitement depuis quelques temps. La bibliothèque, certes fort petite, fournissait des informations pour le moins intéressantes sur la géographie locale, sa faune et sa flore. Le prêtre notait ces éléments dans un coin de sa tête quand il entendit quelqu'un entrer dans la petite pièce. Et cet homme il le reconnaîtrait sans aucun problème dès qu'il se tournerait vers lui.

L'autre arrivait la tête encore pleine de toutes ses découvertes. Son étude de l'escalier lui avait dit que la salle en dessous devait être fort vaste et assez profonde... mais difficile d'en savoir plus. Elle était plongée dans la nuit. Evariste était arrivé assez rapidement, avait bien pris note de ses demandes, signalé qu'il allait ranger les documents "exactement comme ils ont été laissé" puis l'avait gentiment raccompagné à la porte. Il repensait à tout cela quand Madame Claude arriva face à lui avec un sourire plus franc qu'à l'accoutumée.

- Quelqu'un vous attend, Monsieur, fit-elle simplement en lui désignant Fëanor. Je vous amène quelque chose à boire.

____________________________________________

Dans l'arrière cours


Cymbeline ramassa les objets et étudia les environs. Elle fut d'abord un peu renfrognée d'avoir risqué sa vie pour si peu mais finit par recompter le contenu de la bourse... 10 pièces d'or ! Une petite fortune à l'échelle d'un homme du peuple. Visiblement, les gens cachaient assez bien leur jeu dans les parages.

Elle hésita à pousser plus loin mais le lieu était assez reculé et fermé. Se faire prendre au piège ici serait une catastrophe. Elle préféra donc ne pas pousser plus avant et elles reprirent le chemin de la bibliothèque.

Après pas mal de tours et contours, elles parvinrent enfin à la place où la petit boutique "A la bibliothèque de Laälmath" semblait les attendre sous l'oeil inquiétant de l'énorme palais qui la flanquait.

Alors qu'elles s'apprêtaient à pénétrer dans l'échoppe, Cymbeline tira sur la manche de son amie pour la retenir un instant :

- C'était quoi cette histoire de "chien blanc" d'après toi ? Interrogea-t-elle. C'était étrange, non ?

_________________________________________
HRP : Quand les deux filles arrivent à la Bibliothèque, Nedru vient de rentrer. Vous pouvez vous rejoindre selon la configuration qui vous arrange le plus.

N.B : Si vous avez besoin de vous rendre en lieu sûr pour discuter (comme c'est difficile pour moi de poster), vous pouvez vous balader jusqu'à votre auberge ou à la maison de Vittorio où vous trouverez bien un lieu discret. Mais vous n'êtes pas obligé.

Console R.P.

Lancé de 1d20+6 ~ [3] : 9

20/07/2021 08h39
Nedru d'Enumasam
Nedru d'Enumasam

Le sorcier entra d'un pas égal dans la bibliothèque, clignant des yeux à cause de ses différents passages de la pénombre au soleil, puis à la pénombre de nouveau. Il remercia la boutiquière d'un fin sourire accompagné d'un hochement de tête appréciateur. Les gens ici savaient recevoir ! Quel plaisir que de recevoir tant d'hommages !

- Je suis là, Fëanor. Qu'a donné cette entrevue avec vos amis ?

Tout en discutant, il tira une chaise pour s'installer confortablement, observant son interlocuteur d'un œil neuf, comme s'il cherchait à percevoir un quelconque changement chez lui. L'avait-on menacé ? Fait chanté ? Fait de lui un espion ? Ou bien était il resté le même : un prêtre mystérieux qui ne leur disait pas tout ?

Console R.P.

Lancé de 1d20+1 ~ [3] : 4

Edition 01/08/2021 07h59 par Nezami
31/07/2021 15h04